Upload Logo

EDITO


BORIS VIAN AUX PETITS OIGNONS

Quand à 17 ans on ne sait pas quoi faire de soi, quand on finit par accepter une invitation dans les Pyrénées qui vous mène vers Ursula Vian Kübler, seconde épouse de Boris Vian, quand on ne se dit rien, mais qu’on comprend tout dans un espace entièrement dédié à la culture, aux artistes et à la création, on pense être tombé peut-être dans « son » paradis.
Non, rien n’est dit et ne le sera jamais sur le mode privé entre elle et moi. Trente-cinq ans de connivence muette. N’empêche que plus de quarante-trois ans plus tard, je mitonne toujours le même plat chez Boris et Ursula Vian en inventant chaque jour de nouvelles saveurs. La recette est infaillible, un plat unique : l’œuvre de Boris Vian ; les saveurs, ce sont les multiples artistes qui viennent et reviennent au fil des décennies pour appréhender romans, nouvelles ou pièces, chansons ou chroniques à leur sauce.

On dit toujours oui, comme un tavernier italien pour une famille qui arriverait le dimanche à 15h00 et voudrait en découdre avec la pasta alla vongole. Comme le disait si bien Ursula Vian : « l’œuvre du Bison ne m’appartient pas, elle appartient à ceux qui en font quelque chose. ». Il la voulait populaire, elle est devenue populaire et internationale. Nous nous sommes mis au service de ce géant inatteignable qui, de par sa taille, avait une vision sur tout…

Nous avons beaucoup travaillé aussi ; toute personne arrivant de ce paradis littéraire et musical imagine à tort que tout vient et tombe comme un fruit mûr, que l’argent coule à flots et que rien ne se passe difficilement ou avec ennui… vaste erreur. Mais on va dire qu’entre pataphysiciens (Ursula est la Régente, Mr d’Déé, le président de l’ex-Fondaction Boris Vian et moi, sommes commandeurs exquis de l’Ordre de la Grande Gidouille) on regarde se faire le monde en espérant que nous ne sommes pas là pour le sauver ! Et comme ajouterait l’auteur : « Ce qui m’intéresse, ce n’est pas le bonheur de tous les hommes, c’est celui de chacun. » Avec une bonne pincée de poivre, c’est encore meilleur ! Et pour ceux qui préfèrent : un bon filet de vinaigre de noix fait maison.

Nicole Bertolt, arrivée en 1976, jamais repartie.
Mandataire pour l’œuvre et Représentante de la Cohérie Boris Vian
Directrice du patrimoine.

La moutarde

La safran

Le poivre

L'ail

Parution 4 - Ail

Piment

St-Jacques

Vinaigre


Pour trouver des fonds au développement de Cinelexique plateforme pédagogique d’apprentissage des langues par le cinéma dédiée aux associations et fondations luttant contre l’illettrisme et facilitant l’intégration, Marie Secret lance l’édition d’Octopus, précis artistique des mots de bouche.

OCTOPUS_07